CFTC Paris | Travail du dimanche, 4ème texte « équilibré » déposé à l’Assemblée
366
post-template-default,single,single-post,postid-366,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Travail du dimanche, 4ème texte « équilibré » déposé à l’Assemblée

Travail du dimanche, 4ème texte « équilibré » déposé à l’Assemblée

Pour la 4ème fois, le Dr Mallié dépose à l’Assemblée une proposition de loi visant à faciliter l’ouverture des commerces le dimanche.

 

Sous une allure anodine, ce texte est un véritable cheval de Troie permettant à terme de généraliser le travail le dimanche.

 

 

§         Cela ne concernerait que les zones touristiques.

 

Pour la CFTC, est-il responsable de proposer une réglementation d’exception pour les zones touristiques alors que personne n’est capable de définir le concept ? La façade atlantique, le pourtour méditerranéen, les côtes de la mer du Nord, les Alpes, les Pyrénées, le Massif Central, les châteaux de la Loire, Paris, Lyon, Reims, Caen, Rodez, Craponne-sur-Arzon, les Vosges, nos vignobles, nos bocages, nos forêts, etc., etc. ne sont-ils pas des zones touristiques ? Jusqu’à cet entassement de béton qu’est La Défense, classé zone touristique par le Préfet des Hauts de Seine.

Préférons-nous valoriser auprès des étrangers nos particularismes, notre patrimoine, ou banaliser notre art de vivre en proposant comme haut lieu touristique des têtes de gondoles comme l’on peut en trouver dans tous les magasins du monde ?

 

 

  • Seraient également concernées, les zones urbaines de plus d’un million d’habitants. 

Pour la CFTC c’est, dans ces secteurs, la mort programmée de milliers de commerces de proximité. Comment, par exemple, résisteront à la concurrence des centres commerciaux et à leur puissance marketing, les magasins de proximité situés sur ce « territoire à la fois rural et urbain, fait de grandes villes et de villages » selon la définition de la communauté urbaine de Lille ?

 

 

  • Il serait fait appel au volontariat.

Pour la CFTC, est-il intellectuellement soutenable de parler de « volontariat » quand le contrat de travail est un contrat de subordination ? Ce n’est pas le salarié qui s’embauche, décide de l’organisation de son temps de travail, s’accorde des primes ou des augmentations, se promeut ou se licencie.

Selon un sondage IPSOS de décembre 2008, 85,3% des cadres supérieurs pensent que les salariés n’auront pas la possibilité de refuser de travailler le dimanche si l’employeur leur demande. En clair, ceux qui donneraient l’ordre de travailler, savent que le volontariat c’est pipeau.

 

 

  • Pour la CFTC, la priorité devrait être donnée à l’emploi. 

La crise que nous traversons appelle à une mobilisation de tous, afin de sauvegarder et de créer des emplois. Toutes les études dont nous disposons font le même constat : le développement des grandes surfaces et des centres commerciaux est destructeur net d’emplois !

S’il n’y a aucun salarié au rayon chaussures d’une grande surface, le magasin de chaussures de centre-ville, lui, compte au moins un salarié et généralement deux ou trois…

 

La CFTC réaffirme son attachement au dimanche, jour privilégié pour le lien social, le travail bénévole, la vie familiale, personnelle, associative et spirituelle.

 

 

Paris, le 19 mai 2009.

 

Contact :          Joseph THOUVENEL