CFTC Paris | Un calendrier déchristianisé ?
1216
post-template-default,single,single-post,postid-1216,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Un calendrier déchristianisé ?

Un calendrier déchristianisé ?

Déchristianiser plusieurs jours fériés. C’est la curieuse proposition que vient de faire l’association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH) dans un document sur « les enjeux de la compétitivité ».

L’association s’appuie sur « la montée du fait religieux en entreprise » – essentiellement l’islam – pour proposer « de neutraliser trois des six jours fériés d’origine chrétienne : Pentecôte, Ascension, 15 août ». Le salarié conserverait le bénéfice de ces trois jours mais pourrait les prendre à la date qui lui convient, sous réserve d’un accord de branche.

 

« On vit dans un monde de jours fériés qui datent d’une autre époque, celle d’avant les vagues d’immigration ouvrière et maghrébine, qui ne correspond plus à la réalité des entreprises », estime le président de l’ANDRH, Jean-Christophe Sciberras. Pour qui cette réforme favoriserait aussi la compétitivité des entreprises « en permettant d’élargir les temps des prestations ». En clair, il s’agirait de supprimer les ponts sous couvert d’ouverture à la diversité. En 2003 déjà, la commissions Stasi sur la laïcité avait proposé que les salariés puissent choisir « un jour de fête religieuse sur leur crédit de jours fériés » – proposition reprise cette année par Eva Joly, sans succès.

 

La première réaction des évêques français manque de clarté. Tout en jugeant que la proposition de l’ANDRH « n’est pas la bonne réponse », Mgr Podvin laisse entendre que le débat est ouvert.

Plus vigoureusement, Joseph Thouvenel, Vice-président de la CFTC, rappelle que ces jours « sont inscrits dans le calendrier républicain. Il est important pour la société d’avoir des moments de pause en commun. Si l’on revient là-dessus, il y a un risque de délitement de la société ». Le gouvernement est circonspect. Le Ministre du Travail, Michel Sapin, recommande aux DRH « d’aborder cette question du bout des doigts ». Chacun se rappelle le pataquès provoqué par la suppression de Lundi de Pentecôte.

 

Paru dans Valeurs Actuelles du 5 juillet 2012.