CFTC Paris | un peu d’attention et bienveillance pour ceux qui nous permettent de passer d’agréab
1181
post-template-default,single,single-post,postid-1181,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

un peu d’attention et bienveillance pour ceux qui nous permettent de passer d’agréab

un peu d’attention et bienveillance pour ceux qui nous permettent de passer d’agréab

Eléonore et son frère courent, crient, se bousculent, se jettent sur un fauteuil, et dans l’excitation de ce bon moment renversent l’assiette de fruits posée sur une table basse.

 

Jean-Jacques est un homme organisé, rigoureux, avec qui les choses ne traînent pas ; aussi, quand, à la place de son Martini rouge, la serveuse lui a servi un Martini Bianco, son sang n’a fait qu’un tour et il a clairement indiqué à cette péronnelle ce qu’il pensait de son incompétence.

La famille France a piétiné trois quarts d’heure, sous le soleil, devant ce célèbre monument romano-berbère, pour se voir bloquée à l’entrée par ce stupide vigile qui leur signifie que les poussettes sont interdites dans le musée.

L’assiette de fruits, renversée par Eléonore dans l’agréable patio de cet hôtel de charme espagnol, sera ramassée par Maria, 64 ans, veuve percluse de rhumatismes, qui se serait bien passée de ce surcroît de travail, elle qui est debout depuis 5 heures du matin et dont l’ensemble des tâches est strictement minuté.

Claire, la péronnelle, doit à elle seule servir une terrasse de 45 tables, soit potentiellement 90 personnes.

Le cadre est magnifique, dos aux remparts, face à cette mer d’un bleu intense qui inspira tant de poètes. Que de bonheur pour les yeux !… enfin pour ceux qui ont le loisir de se poser quelques instants en ce lieu enchanteur. Car Claire, elle, entre les allers et retours terrasse-bar, bar-terrasse, c’est surtout à ses jambes de plus en plus lourdes qu’elle pense.

Il est difficile de se concentrer quand on a l’impression de soulever du plomb en fusion à chaque pas. L’année dernière, pour le même travail, elles étaient deux.

Mais après avoir lu le best-seller de Jean-Jacques : « Comment maximiser ses profits », le patron du bar des remparts a décidé de supprimer un poste. « Vous aurez pour vous toute seule l’ensemble des pourboires, ma petite ! »

La famille France ignore, qu’en raison des nouvelles réglementations, votées sous la pression de l’actif lobby des compagnies d’assurances, les gestionnaires de la Casa Romagna n’avaient le choix qu’entre, augmenter le prix des billets de 70 % pour payer les travaux d’aménagement, qui auraient permis de faire circuler les poussettes dans les passages étroits, ou interdire purement et simplement lesdites poussettes dans ces lieux, magnifiques mais étroits.

Le malheureux vigile payé au salaire minimum, dimanche et jours fériés compris, n’y était strictement pour rien.

Beaucoup d’entre nous vont à juste titre profiter de congés bien mérités. C’est l’occasion de découvertes, de rencontres, de repos, d’émerveillements. Un temps de ressourcement privilégié qui ne doit pas nous faire oublier de porter un regard bienveillant pour les petites mains qui oeuvrent pour nous au quotidien.

A la rentrée prochaine !