CFTC Paris | Assemblée nationale : la CFTC demande une réunion de travail avec les Questeurs sur la situation des collaborateurs parlementaires.
6940
post-template-default,single,single-post,postid-6940,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Assemblée nationale : la CFTC demande une réunion de travail avec les Questeurs sur la situation des collaborateurs parlementaires.

Assemblée nationale : la CFTC demande une réunion de travail avec les Questeurs sur la situation des collaborateurs parlementaires.

Le collège des Questeurs de l’Assemblée nationale a décidé le 22 novembre  (http://www2.assemblee-nationale.fr/15/le-college-des-questeurs/releves-des-decisions/2018/decisions-de-questure-de-la-reunion-du-22-novembre-2018) de permettre le paiement de stagiaires et d’apprentis à travers le crédit collaborateurs. Cette décision, sans information préalable des organisateurs de collaborateurs parlementaires, appelle plusieurs remarques de la CFTC Parlement. 

L’effort de sincérité nous apparaît une bonne chose. Les rémunérations des collaborateurs ou les gratifications des stagiaires ne sont pas des frais professionnels. La situation des apprentis, découverte dans la presse, est toutefois plus complexe : quelles seront les formations autorisées ? quelles seront les conditions de rupture dans le cas où l’apprentissage ne se passerait pas bien ? 

Cette décision des Questeurs aurait toutefois dû être intégrée à la réflexion globale demandée par la CFTC Parlement depuis plusieurs mois sur les rémunérations des collaborateurs mais également sur les des frais professionnels de l’EQUIPE parlementaire et pas uniquement du député.

En effet, la hausse du crédit collaborateurs ne s’est pas traduite par une augmentation des salaires ni par le paiement des milliers d’heures supplémentaires. Les dispositifs de conventions de forfaits-jours sont par ailleurs très peu utilisées. 

Nous alertons donc le collège des Questeurs, autant sur la forme que sur le fond, et demandons une réunion de travail pour avancer concrètement et collectivement sur ces sujets importants et donner une réalité aux promesses du “Nouveau Monde”.