CFTC Paris | Augmentation de la TVA : la CFTC propose une politique de RÉMUNÉRATION dynamique
1029
post-template-default,single,single-post,postid-1029,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Augmentation de la TVA : la CFTC propose une politique de RÉMUNÉRATION dynamique

Augmentation de la TVA : la CFTC propose une politique de RÉMUNÉRATION dynamique

Dans un contexte d’atonie économique, de chute de la croissance et de risque de récession, les hausses envisagées de la TVA et de la CSG frapperaient de plein fouet les salariés et leurs familles. Elles doivent donc être compensées avant que la machine économique française ne cale. Pour la CFTC, le meilleur carburant serait une politique de rémunération dynamique.

 

Pour la CFTC, une partie de la réponse consiste en un meilleur partage des profits. Elle propose donc d’apporter des améliorations à la loi sur la participation :

 

  • Elargir le nombre d’entreprises concernées par la loi : en abaissant le seuil requis à 20 salariés (contre 50 actuellement).
  • Réserver tout ou partie des avantages fiscaux liés à la participation aux entreprises ayant conclu un accord salarial dans les 3 ans. L’intéressement des travailleurs  ne doit pas être un substitut à la politique salariale.
  • Simplifier le calcul de la réserve de participation par la suppression du coefficient ½. Celui-ci se justifiait à l’origine par la prise en charge totale par l’Etat. Or, les exonérations fiscales qui y étaient attachées ont été depuis considérablement réduites. La division par deux de la réserve de participation n’est donc plus justifiée. 

 

La CFTC voit dans ces propositions une partie de la réponse à apporter à la perte de pouvoir d’achat de certains salariés. Ces mesures permettraient une amélioration notable de revenus au moins pour les millions de salariés travaillant dans les entreprises bénéficiaires. Enfin, effet non négligeable, elle restaurerait surtout la confiance perdue des salariés vis-à-vis de l’économie française, étape indispensable pour surmonter cette période de crise.

 

 

En charge du dossier : Joseph Thouvenel, Vice président confédéral