CFTC Paris | CDI, lettre ouverte à Pierre GATTAZ
2686
post-template-default,single,single-post,postid-2686,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

CDI, lettre ouverte à Pierre GATTAZ

CDI, lettre ouverte à Pierre GATTAZ

Chronique de J. THOUVENEL du 10.11.2015 sur Radio Notre Dame (100.7)
Lire la chronique, c'est bien ! L'écouter, c'est encore mieux !

licenciement.jpg
Cher Monsieur GATTAZ,

Interpellé par votre déclaration publique, je cite : « l’ouverture des commerces le week-end et après 21h00 pourrait créer 30 000 à 40 000 emplois », je vous avais écrit afin que vous m’indiquiez la ou les études sur lesquelles le patron des patrons français se basait pour promouvoir l’ouverture des grandes surfaces le dimanche.

Car comme tout le monde l’aura remarqué, à l’exception des plus distraits, les commerces de proximité et nos marchés traditionnels sont légalement ouverts le 7ème jour.

J’étais impatient d’avoir votre réponse, afin de renvoyer au fond de leurs pizzerias ces rigolos de la fédération patronale italienne CONFESERCENTI qui osent affirmer dans un rapport écrit que l’ouverture des grandes surfaces, le dimanche en Italie a, en deux ans, provoqué la fermeture de 32 000 entreprises et la perte de 90 000 postes de travail.

Comme quoi il ne faut pas toujours croire ce que disent les patrons.

Trois relances écrites et six mois plus tard, rien, toujours pas de réponse à mes missives.
Sans aucun doute un disfonctionnement récurrent du service public de La Poste.

Aussi, après vous avoir entendu sur France 2 déclarer que le contrat à durée indéterminée était très inquiétant, très anxiogène, je choisis la lettre ouverte pour vous rassurer.
D’après nombre d’études, rapports et expertises, il apparaît que le CDI, aux yeux de la très grande majorité des salariés, de leur famille, de leur propriétaire, de leur banquier et j’en passe, est réconfortant.
Il permet de s’inscrire dans la durée, d’avoir et de développer des projets, toute chose bonne pour l’ensemble de la collectivité.
Votre anxiété provient peut-être de cette légende urbaine, développée par la littérature économique de gare, qui voudrait qu’une entreprise ne puisse se séparer d’un salarié en contrat à durée indéterminée.

Rassurez-vous, ce n’est pas le cas. Le CDI peut être rompu de différentes façons, notamment par un licenciement pour cause économique ou motif personnel.
Exemple de licenciement de droit commun : Licenciement pour insuffisance professionnelle. Vous avez également le licenciement pour faute grave en raison d’absences répétées et injustifiées. Cela s’appelle un licenciement disciplinaire.

La rupture conventionnelle se pratique également. Plus de 333 000 pour la seule année 2014, plus de 1 500 000 en 5 ans, ce qui n’est pas rien.

On ne peut vraiment pas dire que licencier un salarié en CDI soit impossible.

Simplement, comme il s’agit de la vie d’un être humain et de sa famille, il existe une procédure afin d’éviter l’arbitraire.
Ce qui est sans aucun doute difficile et anxiogène, c’est de devoir dire à un collaborateur qu’il n’est plus le bienvenu au sein de la communauté de travail et pourquoi.

Assumer humainement cette lourde responsabilité fait partie de la noblesse du métier de dirigeant.
Pour le reste, comme le proclamait un célèbre polonais :

« N’ayez pas peur ! »

À la semaine prochaine.