CFTC Paris | COMMUNIQUE DE PRESSE
7692
post-template-default,single,single-post,postid-7692,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

COMMUNIQUE DE PRESSE

cftc.jpg

COMMUNIQUE DE PRESSE

Paris, le 4 juin 2019

CETELEM :  Opération Farine des salariés en colère.

Depuis 10 ans BNPParibas Personal Finance plus connu sous le nom de CETELEM est le principal contributeur aux résultats du groupe BNPParibas dont les dividendes font partie des plus importants du CAC 40 avec 3.8 milliards d’euros en 2018, 27 milliards d’euros pour les 10 dernières années.

Pour atteindre son objectif de rentabilité ROE supérieur à 10% en 2020, le groupe ne cesse d’accroitre la pression sur ses filiales, avec des conséquences sociales alarmantes :

  • Une déflation salariale engagée depuis 3 ans de façon très nette
  • Des conditions de travail qui se dégradent fortement (licenciements et arrêts maladie en forte augmentation, abandon de poste, pression pour augmenter le résultat…)
  • Des perspectives d’emploi à la baisse avec le mouvement de robotisation engagé par la direction qui ne fait que commencer.

Alors que CETELEM apporte près de 1.5 milliards d’euros de résultat au groupe BNPParibas, il est inadmissible que les salariés qui contribuent à cette performance soient roulés dans la farine en subissant une pression toujours plus forte et une dégradation constante de leurs conditions de travail.

Quel sens cela a-t-il quand l’entreprise se réclame très « RSE »

Mardi 4 juin à l’appel de la CFTC – UNSA – FO – et CGT les salariés vont faire entendre leur colère et leur désarroi en appelant à un débrayage s’appuyant sur la symbolique du paquet de farine.

Parce-que les salariés sont responsables et solidaires nous proposerons à une association de venir récupérer tous les paquets de farines qui auront été déposés entre 10H et 12H  sur un des principaux site qui compte près de 1500 salariés : à Mérignac 106 av du Président JF Kennedy 33700

Cette action doit permettre de sensibiliser direction et public.

Derrière l’image policée de notre groupe nous dénonçons des pratiques de plus en plus aliénantes et destructurantes pour les salariés.