CFTC Paris | Contrat de sécurisation professionnelle
2059
post-template-default,single,single-post,postid-2059,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Contrat de sécurisation professionnelle

Contrat de sécurisation professionnelle

Les négociations sur les modalités du contrat de sécurisation professionnelle ont abouti le 8 décembre à un projet d’accord national interprofessionnel soumis à la signature des organisations syndicales.

Pour mémoire, le dispositif en place en 2011 et qui va expirer le 31 décembre 2014, prévoit pour les salariés licenciés pour un motif économique de bénéficier d’une allocation s’élevant à 80% du salaire journalier de référence, ainsi que d’un accompagnement renforcé vers l’emploi.

 

Bien que le projet de texte prévoie une baisse de l’allocation servie aux salariés (75% du salaire journalier) le patronat propose la création d’une prime pour les bénéficiaires qui trouvent un emploi durable dans les dix premiers mois de leur CSP, ainsi que l’instauration d’un système de « glissement » rallongeant la durée du CSP jusqu’à trois mois supplémentaires pour ceux qui travaillent temporairement dans les six dernier mois du contrat.

 

Á ce jour, seules les organisations syndicales CFTC et CFE-CGC se sont prononcées, et ont fait part de leur accord de principe sur la signature du texte.

 

En effet, la CFTC, représentée par M. Joseph Thouvenel, vice-président, a déclaré que le Syndicat signera ce texte car : « bien que la baisse de l’allocation soit regrettable, l’indemnisation des salariés bénéficiaires est toujours supérieure, à ce que les allocataires auraient en dehors du dispositif ».Par ailleurs, il poursuit : « de manière générale, le CSP permet aux licenciés économiques de bénéficier de meilleures conditions que dans le droit commun, que ce soit en termes de formation ou d’indemnisation, or s’il n’y a pas d’accord, le CSP va disparaître ».