CFTC Paris | Crédit à la consommation : un arrêté sur le travail dominical annulé
478
post-template-default,single,single-post,postid-478,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Crédit à la consommation : un arrêté sur le travail dominical annulé

Crédit à la consommation : un arrêté sur le travail dominical annulé

En septembre, la préfecture de région d’Ile-de-France a admis environ un tiers des 1.281 communes de la région, dont toutes celles des Hauts-de-Seine, à demander au préfet de leur département la création d’une zone dérogatoire.

En novembre 2007, la préfecture des Hauts-de-Seine avait autorisé la société Franfinance (groupe Société Générale) à exploiter sa centrale téléphonique de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) pour l’utilisation d’une carte de crédit à la consommation lors des six derniers dimanche de l’année.

Selon la décision du tribunal, dont l’AFP a eu copie, le préfet avait considéré que “le repos simultané de tout le personnel le dimanche” pouvait “compromettre les prestations” de Franfinance “auprès de la société Leclerc et (…) porter préjudice aux clients de cette enseigne” de distribution.

Mais le tribunal a estimé que “le préjudice, à le supposer établi, du public des enseignes Leclerc” ne pouvait justifier cette dérogation pour Franfinance, la carte de crédit à la consommation n’étant qu'”un mode particulier et non exclusif de financement” des achats.

Même si la décision a été rendue après coup, la CFTC, qui avait déposé le recours, s’est félicitée du jugement.
    “Pour nous, le but est de bloquer ce système qui veut entraîner petit à petit l’ensemble de la société à travailler le dimanche”, a déclaré à l’AFP Joseph Thouvenel, secrétaire général adjoint de la CFTC.
    arb/im/bg
   
   AFP