CFTC Paris | Du bon usage des stages en entreprise
777
post-template-default,single,single-post,postid-777,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Du bon usage des stages en entreprise

Du bon usage des stages en entreprise

Le premier est qu’il ne peut être fait appel à un stagiaire pour remplacer un salarié.

Le deuxième est que la convention de stage est obligatoire. Elle doit être écrite, comporter 11 points, qui sont bien précis.

Le troisième est que le stagiaire n’est pas salarié de l’entreprise ; donc il n’est pas lié par un contrat de travail : son activité dans l’entreprise n’a qu’un but pédagogique et de formation.

Le quatrième est que le stagiaire doit se conformer aux règles de l’entreprise. C’est-à-dire les règles de discipline, d’horaires, de sécurité et d’hygiène.

Le cinquième point est que le stagiaire a droit à une rémunération. Elle est obligatoire, selon la durée du stage, si celui-ci dépasse 2 mois consécutifs. Le minimum, si je fais un mois complet, c’est 417,09 euros pour un mois.

Et puis, toujours sur le 5ème point, il n’y a pas de cotisations sociales à verser ni de contributions à la Sécurité Sociale, sauf si on dépassait cette somme de 417,09 euros par mois.

Le sixième point est que les stages doivent être intégrés au cursus pédagogique et donc leurs finalités, leurs modalités doivent être prévues dans un document, au préalable.

Et puis enfin, en cas d’embauche à l’issue du stage, la durée de la période d’essai est réduite.

 

Si vous voulez en savoir plus, 01 44 85 22 22 ; la CFTC PARIS a un spécialiste, d’ailleurs une spécialiste ; « bonjour Sandrine » ; qui est prête à répondre à tous les étudiants et à les accompagner pour savoir sur quelles bases ils peuvent aller en stage !

 

A la semaine prochaine !