CFTC Paris | Gouverner c’est prévoir !
1660
post-template-default,single,single-post,postid-1660,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Gouverner c’est prévoir !

Gouverner c’est prévoir !

 


Chronique de J. THOUVENEL du 08.10.2013 sur Radio Notre Dame (100.7)
Lire la chronique, c’est bien ! L’écouter, c’est encore mieux !

Voici ce qu’écrivait le 13 novembre de l’an passé la CFTC au Ministre du Travail  à propos des magasins ouvrant illégalement le dimanche :

« La fermeture le dimanche dans le respect de la loi devra intervenir au plus tôt. La situation des salariés  travaillant le 7éme jour devra être examinée par une commission réunissant les partenaires sociaux sous l’égide de la Direction du Travail. Cette commission devra fixer l’indemnisation à laquelle auront droit les salariés concernés en raison de la pratique illégale de leur employeur. Cette indemnisation devra prendre en compte la baisse de rémunération éventuelle, et pour les étudiants devra être chiffré le montant qu’auraient perçu ceux ci jusqu’à la fin de leurs études, leur indemnisation ne pouvant être inférieure à ce montant. La commission Ad Hoc sera habilitée à trancher les litiges, et éventuellement  autoriser l’étalement des sommes à verser aux salariés concernés. »

Ce courrier est resté sans réponse ! Aujourd’hui, le problème explose à la figure du gouvernement qui semble découvrir que :

Quant un commerçant ne respecte pas la loi. Il est susceptible d’être condamné par les tribunaux !

Dans le cas présent la sanction est bien logiquement la fermeture.

Fermeture qui entraine des conséquences dramatiques pour nombre de salariés qui ont organisé leur  vie en fonction des revenus que leur rapportait la prime exceptionnelle du dimanche. Faire perdre brutalement 300 € de revenu à un couple dont l’un est chômeur, à une femme seule avec enfants ou à un étudiant qui doit financer ses études est inacceptable.

Ces personnes ne sont pour rien ; dans la situation qu’ils subissent. Le contrat de travail est un contrat de subordination, ces employés n’ont pas choisi de transgresser la loi. C’est pour cette raison que la CFTC avait pris les devants en proposant une solution consistant à faire indemniser les victimes : les salariés, par l’auteur du délit : l’employeur.
Si gouverner c’est prévoir comme le disait Emile de Gérardin, nous sommes bien mal gouverné, ne voyez dans ce constat nul positionnement politique, le Ministre du Travail du précédent gouvernement avait été saisi de la même façon sans plus de résultat.
Depuis des années nous ne cessons de dénoncer les ouvertures illégales, véritable atteinte à la concurrence non faussé, élément moteur de la ruine de  millier de petits commerces et surtout, surtout, machine à broyer l’être humain en l’enfermant dans un monde où la production et la consommation sont devenus des absolus au détriment de la vie familiale, personnel, associative et spirituelle.

C’est ce « meilleur des mondes », façon « Huxley », que nous refusons.


A la semaine prochaine