CFTC Paris | Grand Débat
308
post-template-default,single,single-post,postid-308,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Grand Débat

Grand Débat

 

La fin du repos du dimanche
 (Nécessité économique ou choix idéologique de société)
 
Pour en débattre loin des idées reçues : 
Lundi 15 décembre à 20h30
À l’Université Inter-Âge (UIA)
6, impasse des Gendarmes à Versailles
(à coté de la Mairie)


En présence de :
Joseph THOUVENEL             : Secrétaire Général Adjoint de la CFTC
Père Jacques TURCK               : Délégué auprès de la Conférence épiscopale des évêques
Jacques LEMONNIER             : Président de l’association des commerçants de Versailles
Etienne NEUVILLE                  : Les Amis du Dimanche
Michel BANCAL                    : Maire-Adjoint de Versailles
Catherine MUTEL                    : Chargée de mission à la CGPME
                      Laurent GIRY                          : Président de la fédération des Yvelines des AFC
Samuel PRUVOST                   : journaliste à Famille Chrétienne
 
Le repos dominical au delà du repos, juste et nécessaire, est un élément fondamental de la vie familiale, sportive, culturelle, associative, spirituelle. Il permet également de préserver les marchés traditionnels et le commerce de proximité qui seront écrasés par l’ouverture des grandes surfaces le dimanche. La loi de 1906 a réussi à établir un équilibre juste entre les nécessités légitimes d’ouverture le dimanche (les services de santé, les commerces alimentaires, les marchés, etc.) et l’organisation de la société.


C’est cet équilibre que nous voulons maintenir. L’homme ne peut être réduit à un consommateur de biens et de marchandises. Le repos du dimanche vient rappeler la valeur des moments partagés avec des proches, valeur qu’aucune rémunération ne peut compenser. Le dimanche reste, en effet, le jour où la plupart des familles se retrouvent : de l’existence de cette occasion pour le plus grand nombre dépend la stabilité de la vie de famille et donc aussi le lien social lui-même.

Face aux tenants d’un monde transformé en une immense galerie marchande aseptisée, où la culture est en tête de gondole, la nourriture en fast-food, la pensée code barrée, le salarié aux horaires décalés, la caissière sous-payée, la famille explosée, c’est sur une certaine idée de la France au travail que nous nous prononçons !