CFTC Paris | Grève SNCF- Lettre ouverte de Joseph Thouvenel aux grévistes.
11179
post-template-default,single,single-post,postid-11179,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Grève SNCF- Lettre ouverte de Joseph Thouvenel aux grévistes.

Grève SNCF- Lettre ouverte de Joseph Thouvenel aux grévistes.

3 de vos syndicats de la SNCF appellent à la grève pour le premier week-end des vacances de Noël (du vendredi 17 au dimanche 19 décembre).

En cette période de pandémie où les réunions, rassemblements, échanges directs sont singulièrement difficiles, en rajouter une grosse couche en compliquant la vie des voyageurs est bigrement égoïste.

L’origine du syndicalisme c’est la solidarité pour plus de justice.

Camarades grévistes vous n’êtes ni solidaires, ni justes. Ceux à qui vous compliquez la vie, ne sont ni les patrons de la SNCF, ni les plus nantis, mais des familles, des jeunes, des retraités, des travailleurs de toutes conditions, des personnes qui contrairement à vous paient (très cher en cette période de Noël) leurs billets de train.

Si vos revendications sont vraiment légitimes, il y a d’autres moyens de les faire aboutir que prendre les usagers en otages. Le blocage des circuits administratifs internes de la SNCF par exemple.

Pour la CFTC, la grève est le dernier recours, quand toutes les autres voies ont été épuisées, et après en avoir mesuré les conséquences pour les usagers.

C’est simplement se soucier de l’autre, concrètement, humainement.

Puissiez-vous, comme vos grands anciens retrouver le chemin de la solidarité et de l’équité. Permettez-moi un conseil de lecture : « Mémoires d’un enfant du rail » d’Henri Vincenot.

Vous y découvrirez peut-être, ce que vos prédécesseurs appelaient « le service de la voie ».

C’était leur honneur, c’était leur grandeur.

Joseph Thouvenel
Président CFTC-Paris