CFTC Paris | Joseph Thouvenel sur Boulevard Voltaire-« Ces gens-là sont non seulement inconséquents mais dangereux »
10674
post-template-default,single,single-post,postid-10674,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Joseph Thouvenel sur Boulevard Voltaire-« Ces gens-là sont non seulement inconséquents mais dangereux »

Joseph Thouvenel sur Boulevard Voltaire-« Ces gens-là sont non seulement inconséquents mais dangereux »

Le responsable syndical Joseph Thouvenel réagit au lendemain du vote, par l’Assemblée nationale, de la loi instituant un passe sanitaire. Il s’insurge, notamment, contre la mesure qui prévoit de suspendre le salaire d’un employé si ce dernier ne présente pas ce passe sanitaire. Une « mesure ubuesque et dangereuse », selon Joseph Thouvenel.

Quel regard portez-vous sur l’amendement qui prévoit la suspension de salaire des personnes n’ayant pas de passe sanitaire ?

Le salaire, c’est la vie pour des millions de salariés et des millions de familles. Même si on est législateur, on ne peut pas, dans l’urgence et sans vrai débat, décider de suspendre des salaires et mettre des gens dans des situations très difficiles. C’est une mauvaise mesure, je rappelle que s’ils sont privés de salaire, ils n’ont pas le droit de travailler ailleurs et n’ont pas d’indemnités. C’est une mesure ubuesque et dangereuse.

Revenons à l’origine. C’est une pandémie, je ne suis pas médecin, mais je regarde les chiffres du Conseil d’orientation des retraites qui étudie le coût des retraites et des efforts qu’il faut faire pour verser les retraites. Dans le rapport publié récemment portant sur l’année 2020, le COR nous dit que les conséquences de la pandémie sont marginales, puisqu’elles touchent moins de 0,1 % des pensions versées. Cela veut dire qu’il n’y a pas tant de morts que cela, les conséquences pour les caisses des retraite sont de moins de 0,1 %. Il n’y a pas le feu au lac ! On n’a pas des morts tous les matins dans la rue ! Il y a une pandémie qui se transmet beaucoup mais qui est très peu mortelle, elle touche des personnes âgées et retraitées mais pas en masse.

C’est une situation qui n’est pas dramatique, loin de là. Donc, on ne prend pas de telles mesures comme la privation de salaire avec l’impossibilité, pour les gens, de payer leur loyer, d’acheter leur nourriture, de rembourser leurs dettes. Cette décision est issue du Président Macron et de son Conseil de défense, on a l’impression d’avoir affaire au sapeur Camember : celui qui met son uniforme et qui fait n’importe quoi !

Les salariés sont les grands perdants de ces mesures…

Je suis un syndicaliste chrétien attaché à un certain nombre de valeurs, notamment la valeur travail, dans laquelle se trouve la rémunération qui permet à chacun de vivre dignement et de faire vivre sa famille. Prendre une mesure qui prive un salarié de travailler et le prive de sa rémunération, sans urgence absolue, pour un syndicaliste, comme pour un homme normal, c’est inacceptable.

Les personnes qui prennent ces décisions n’ont jamais été dans la vie réelle et ne se rendent pas compte de la portée de ces décisions à géométrie variable. La même personne qui nous impose le passe sanitaire nous disait, il y a quelques mois, « pas de passeport vaccinal ». Ces gens-là sont non seulement inconséquents mais dangereux.