CFTC Paris | Joseph Thouvenel, dans Le nouvel Obs – le 7 août 2014
1889
post-template-default,single,single-post,postid-1889,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Joseph Thouvenel, dans Le nouvel Obs – le 7 août 2014

Joseph Thouvenel, dans Le nouvel Obs – le 7 août 2014

Ce rappel à l’ordre ne remet cependant pas directement en cause le pacte de responsabilité : « Ça ne fait pas partie des conditions de la signature du Pacte de responsabilité. Ce n’était pas dans le paquet signé par les organisations syndicales. Ce que nous avons signé, ce sont les contreparties exigées des employeurs sur les créations d’emplois. D’ailleurs, nous avons signé au mois de mars et, à ce moment, on ne connaissait pas les détails du projet de loi de financement de la sécurité sociale », précise Véronique Descacq pour la CFDT.

Un point de vue partagé par Joseph Thouvenel : « Le pacte de responsabilité n’est pas un engagement syndical, ce sont des décisions gouvernementales qui font bénéficier les entreprises d’un certain nombre de cotisations. CFTC et CFDT ont signé afin d’avoir les outils permettant de vérifier que les nouvelles marges dont bénéficie le patronat sont utilisées au profit de l’emploi ou d’investissements productifs pour les emplois de demain. »

Pour une remise à plat de la fiscalité
Véronique Descacq estime que les mesures d’allègements proposées par Manuel Valls relèvent du « gribouillage » : « On rabote ici, on rabote par là… » La CFDT milite pour un transfert des cotisations vers la CSG, avec une assiette plus large et donc plus de marge de manœuvre :

Tout cela montre que la fameuse remise à plat de la fiscalité tant attendue pour redonner de la progressivité à l’impôt est plus que jamais nécessaire. »
La CFTC s’étonne quant à elle de l’évolution des décisions du Conseil constitutionnel : « J’ai souvenir que sur le travail du dimanche, quand les Sages ont été saisis de la rupture d’égalité entre des salariés de la même entreprise, l’un travaillant le dimanche dans une zone dite PUCE (périmètre d’usage de consommation exceptionnel, ndlr) et l’autre, le dimanche aussi mais dans une zone qui non classée PUCE, le texte dit que le premier est payé double mais pas le second. Là, le Conseil constitutionnel n’a pas vu de rupture du principe d’égalité. En revanche, quand il s’agit de baisse de cotisations salariales, il voit une rupture. J’ai un peu de mal à les suivre et je me demande si le Conseil ne dérive pas vers des décisions plus politiques que liées à la Constitution.« 

Louis Morice – Le Nouvel Observateur