CFTC Paris | La CFTC estime que l’UMP soutient des « délinquants »
324
post-template-default,single,single-post,postid-324,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

La CFTC estime que l’UMP soutient des « délinquants »

La CFTC estime que l’UMP soutient des « délinquants »

PARIS, 25 jan 2009 (AFP) – La CFTC a déploré dimanche la visite du nouveau secrétaire général de l’UMP, Xavier Bertrand, à Eragny-sur-Oise (Val-d’Oise) auprès d’une enseigne ne respectant la fermeture dominicale, l’appelant à appliquer « la tolérance zéro » pour la « délinquance économique ».
    « Aller soutenir des gens qui ne respectent pas la loi, de plus en banlieue, c’est un formidable message pour lutter contre les lois républicaines », a déclaré à l’AFP le secrétaire général adjoint de la CFTC, Joseph Thouvenel.
    « La CFTC aimerait que le secrétaire général de l’UMP respecte le programme électoral du président Sarkozy sur la tolérance zéro pour la délinquance, même quand il s’agit de délinquance économique », a-t-il ajouté.
    Le syndicat, qui est opposé à l’ouverture dominicale des magasins, a par ailleurs demandé que le retour au respect de la loi sur la fermeture dominicale ne se fasse pas au détriment des salariés concernés.
    « Pour ceux qui aujourd’hui travaillent le dimanche en ayant une prime ou un salaire supplémentaire dans le cadre de travail illégal, il faut revenir au respect de la loi, mais avec le maintien par l’employeur de la rémunération car dans notre droit le délinquant doit indemniser les victimes ».
    Xavier Bertrand « ne parle plus d’une autre promesse du candidat Sarkozy, qui était que tous ceux travaillant le dimanche doivent être payés le double », a par ailleurs regretté la CFTC.
    Le syndicat a enfin demandé que le travail des étudiants le dimanche pour financer leurs études « permette d’ouvrir des espaces aujourd’hui fermés le dimanche et utiles à la collectivité », comme des bibliothèques ou des équipements sportifs.
    En contrepartie, et en plus de leur rémunération, ces étudiants devraient pouvoir bénéficier « de facilités pour intégrer les meilleures écoles et l’obtention des diplômes ».