CFTC Paris | La CFTC Paris appelle à boycotter les grandes surfaces le 14 juillet
892
post-template-default,single,single-post,postid-892,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

La CFTC Paris appelle à boycotter les grandes surfaces le 14 juillet

La CFTC Paris appelle à boycotter les grandes surfaces le 14 juillet


08/07/2011 12h55 – SOCIAL-DISTRIBUTION-COMMERCE – Monde (FRS) – AFP

PARIS, 8 juillet 2011 (AFP) – La CFTC Paris lance une campagne d’affichage pour appeler à boycotter les grandes surfaces le 14 juillet, première étape d’une action pour dénoncer le développement du travail les jours fériés dans ces magasins, a indiqué Joseph Thouvenel, responsable national.

« De plus en plus de grandes surfaces ouvrent malheureusement les jours fériés, ce qui conduit leurs salariés, mais aussi des vigiles, des employés du nettoyage, des fournisseurs à travailler ces jours-là et à les exclure de temps collectifs non consacrés au travail », a déclaré à l’AFP M. Thouvenel.

« Notre action débute à Paris, elle sera aussi relayée en Picardie pour le 14 juillet, mais ce n’est qu’une première étape, nous entendons bien porter ce débat dans les mois à venir, comme nous l’avons fait pour le lundi de Pentecôte et le travail du dimanche », a ajouté le syndicaliste.

La CFTC va diffuser des affichettes sur lesquelles est écrit: « la Fête nationale n’est pas la fête commerciale » et « boycott des grandes surfaces le 14 juillet ».

Les jours fériés sont « indispensables pour l’équilibre de la vie familiale, personnelle, associative et spirituelle » et « comme le dimanche, ils permettent de vivre autre chose que la course à la production/consommation », écrit la CFTC Paris dans un communiqué.

Selon le Code du travail, à l’exception du 1er mai, les jours fériés (11 au total par an) ne sont pas forcément chômés, ni payés davantage.

Mais des conventions collectives de branche viennent un peu plus encadrer le travail ces jours-là, a précisé Joseph Thouvenel.

Dans l’alimentaire (hypermarchés, etc.), le nombre de jours fériés travaillés est limité à cinq par an, en plus du 1er mai. La rémunération n’est pas forcément majorée.

Dans les magasins de bricolage/ameublement, les salariés peuvent travailler jusqu’à 7 jours fériés, qui seront payés double.

Enfin, dans les grands magasins parisiens, les jours fériés sont également payés double, mais la mesure ne s’applique pas aux cadres.

Des accords d’entreprise peuvent toujours être plus favorables aux salariés.