CFTC Paris | La commune de Paris : un exemple à suivre ?
853
post-template-default,single,single-post,postid-853,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

La commune de Paris : un exemple à suivre ?

La commune de Paris : un exemple à suivre ?

Nouvelle répression : des prisonniers communards sont fusillés.

 

L’engrenage infernal ne s’arrêtera qu’après un bain de sang.

 

Les troupes versaillaises entrent dans Paris, la répression est barbare, on fusille prisonniers et suspects.

 

Au total, environ 20.000 personnes en seront victimes.

 

Varlin, un communard, est reconnu par un officier Versaillais. Ses mains sont liées derrière le dos ; il est conduit à Montmartre, frappé à coups de crosses tout au long du chemin et à demi lynché par une foule hurlante. Son visage est une bouillie sanglante. Incapable de se tenir debout, il est fusillé assis sur une chaise.

 

En parallèle, les communards incendient les bâtiments publics, massacrent leurs otages au nombre d’une centaine dont beaucoup de religieux innocents.

 

Rue Haxo s’agglomère une foule assoiffée de sang, des cris de haine retentissent autour des otages : « A bas les calotins ! A mort ! ».

 

Les fédérés abattent les otages par groupes de trois ou quatre. On achève les blessés. On crible de balles les corps inertes, on les larde de coups de baïonnette, on les martèle à coups de crosse.

 

La commune de Paris fut le mélange d’un nationalisme exalté et irresponsable avec des revendications sociales et politiques nourries de mythes révolutionnaires.

 

Les conséquences : un déchainement de violences, d’injustices et de sauvageries.

 

Certainement pas un exemple à suivre.

 

A mardi prochain !