CFTC Paris | l’Humanisme, condition de l’autorité
1657
post-template-default,single,single-post,postid-1657,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

l’Humanisme, condition de l’autorité

l’Humanisme, condition de l’autorité


Chronique de J. THOUVENEL du 1.10.2013 sur Radio Notre Dame (100.7)
Lire la chronique, c’est bien ! L’écouter, c’est encore mieux !

 

Quel rêveur a déclaré : « le dirigeant doit assumer ses fonctions dans un double souci de performance et d’humanisme ? »

Quel pacifiste bêlant a écrit : « L’esprit de négociation est une preuve de sang-froid, pas une marque de faiblesse. Négocier ne veut pas dire se soumettre, abandonner, reculer. La négociation est le fruit du respect du partenaire. On peut la rebaptiser discussion, entretien, échange pour ménager les susceptibilités. Mais elle procède toujours de la même logique qui est de rechercher pacifiquement un compromis plutôt que d’avoir recours à un conflit ».

Quel idéaliste inconscient affirme : « Il serait paradoxal qu’un moment où la communauté internationale s’accorde pour interdire la guerre de conquête, les agents économiques en fassent la promotion sous d’autres formes. L’âpreté de la concurrence ne doit pas servir de prétexte à l’expression des instincts les plus primaires ».

Ces différentes assertions, vous pouvez les trouver sous la plume de Daniel Hervouët.

– Ancien élève de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr ;
– Contrôleur général des armées ;
– Diplômé, entre autre, de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et du « Défence Ressources Management Institute of California » ;
– Ancien officier parachutiste, au sein des forces spéciales.

En bref, une personnalité qui sait quelles sont les qualités que doit posséder un dirigeant.

Daniel Hervouët est l’auteur d’un ouvrage passionnant  « Mener des hommes » publié par Eyrolles, les Editions d’Organisation.

Captivant, d’une lecture agréable, ce livre expose clairement les qualités et les méthodes nécessaires pour établir sa légitimité et son autorité.

Pour l’auteur, il est indispensable de réconcilier en entreprise le double souci de performance et d’humanisme.

Pour lui, c’est « le point central des enseignements tirés de l’observation de l’exercice du leadership dans le contexte extrême des commandos ».

Les commandos parachutistes en soutien au respect des salariés et au principe de subsidiarité, voilà une bonne nouvelle !

Combien de dirigeants, de cadres, de petits chefs mettent en pratique ce précepte d’Hannah Arendt : « L’autorité implique une obéissance dans laquelle les hommes gardent leur liberté ».

Peu, trop peu, et c’est sans doute une des raisons majeure du mal être dans bien des entreprises.


A la semaine prochaine