CFTC Paris | L’insécurité reste une préoccupation des salariés gare du Nord à Paris (CFTC)
446
post-template-default,single,single-post,postid-446,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

L’insécurité reste une préoccupation des salariés gare du Nord à Paris (CFTC)

L’insécurité reste une préoccupation des salariés gare du Nord à Paris (CFTC)

PARIS, 28 septembre 2009 (AFP) – Les sanitaires, l’accueil des voyageurs, puis la sécurité apparaissent comme les trois premières préoccupations de salariés de la galerie marchande de la gare du Nord à Paris, où de violents incidents s’étaient produits il y a deux ans et demi, a indiqué lundi la CFTC Paris.

En mars 2007, l’interpellation par des gendarmes d’un usager du métro circulant sans billet avait dégénéré dans les sous-sols de la gare du Nord en affrontements entre jeunes et forces de l’ordre, durant plusieurs heures.

La CFTC Paris a cherché à savoir comment les salariés des commerces de la galerie appréhendaient leurs conditions de travail, via des questionnaires remis le 7 août et remplis par 111 salariés.

Leurs trois premières préoccupations sont l’accès aux toilettes (cité dans 28% des cas alors que la question n’était pas posée), l’accueil et l’orientation des voyageurs (dans 24% des cas alors que ce n’était pas non plus une question), la sécurité (23%), selon les conclusions de l’enquête, dont la primeur a été réservée à RTL et dont l’AFP a eu copie.

Sur le volet sécuritaire, 51% des salariés interrogés déclarent ne pas se sentir en sécurité dans leur magasin, 46% s’y sentir en sécurité et 2% n’ont pas d’opinion, précise la CFTC, expliquant que cela varie selon le type de commerce, l’emplacement ou la présence ou non d’un vigile.

A la question de savoir si la sécurité s’améliore gare du Nord, les avis sont partagés: 43% répondent oui, 42% non, 10% n’ont pas d’opinion, 5% ne savent pas.

Dans leurs remarques et suggestions libres, plus d’un quart des salariés ont critiqué l’état ou la difficulté d’accès des sanitaires, entraînant une “quasi obligation d’aller aux toilettes payantes”, selon la CFTC Paris.

Autre point noir évoqué par certains salariés, “le manque d’agents SNCF pour renseigner les usagers”, qui s’adressent par défaut aux employés des magasins, ajoute le syndicat.

L’ambiance générale de la galerie est jugée moyenne à 51%, bonne à 24%, mauvaise à 14%, très mauvaise à 8%, l’environnement (luminosité, bruit, aération, etc) étant jugé mauvais par 36% des salariés, très mauvais par 18%, moyen par 38% et bon par 8%.

La CFTC Paris a demandé à rencontrer le groupe Altarea, gestionnaire de la galerie marchande, la SNCF et la ville de Paris.