CFTC Paris | Nicolas Sarkozy va-t-il remettre en question le temps de travail?
1023
post-template-default,single,single-post,postid-1023,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Nicolas Sarkozy va-t-il remettre en question le temps de travail?

Nicolas Sarkozy va-t-il remettre en question le temps de travail?

 

 

A la veille du sommet social qui doit réunir mercredi 18 janvier les partenaires sociaux à l’Elysée, les syndicats montent au créneau sur la question du temps de travail. Ils craignent que le Président Sarkozy n’utilise une étude controversée, publiée le 11 janvier, pour remettre en question la durée légale du temps de travail.

 

Les Français seraient-ils paresseux ? D’après l’étude de l’institut Coe-Rexecode, publiée le 11 janvier, la France serait avec la Finlande le pays où la durée effective annuelle du temps de travail serait la plus faible d’Europe. En 2010, les Français auraient travaillé en moyenne 1.679 heures, soit 225 heures de moins que les Allemands. A la veille du Sommet social de crise qui s’ouvre mercredi 18 janvier à l’Elysée, cette enquête tombe à pic pour ceux qui rêvent de remettre en cause la durée légale du temps de travail en France. Les auteurs y vantent le modèle allemand, estimant également que le partage du travail né des 35 heures n’a pas réussi à créer suffisamment d’emplois en France. Mais tous les économistes ne partagent pas cette conclusion. En effet, si l’on regarde la durée du travail des salariés à temps partiel, la France se situe dans la moyenne européenne, et dans le haut de la fourchette pour les travailleurs indépendants.

 

« On compare des chiffres qui ne sont pas comparables »

Alors que le Nicolas Sarkozy semble vouloir reprendre cette étude à son compte, pour revenir sur la durée légale du temps de travail, les syndicats crient à la manipulation. « Faire la démonstration que les Français ne travaillent pas assez, on connaît l’histoire, mais on compare des chiffres qui ne sont pas comparables », a estimé le secrétaire général de la CFDT, François Chérèque. « Si c’est pour préparer le sommet social et pour dire qu’il faut éventuellement augmenter le temps de travail en France et que c’est bon pour l’emploi, ce n’est pas sérieux ». Même son de cloche du côté de la CFTC qui estime que « ce rapport n’est pas fiable car il repose sur des sondages et non sur des données scientifiques ».

 

« Il ne s’agit pas de travailler plus, mais de travailler mieux »

« Travailler plus ? Pourquoi pas, surtout s’il s’agit de permettre aux chômeurs de trouver un emploi stable et pérenne. Eux auraient vraiment besoin de travailler beaucoup plus », affirme avec une bonne dose d’ironie Joseph Thouvenel, secrétaire général adjoint de la CFTC, en charge des questions économiques et internationales. « Je pense aussi à ceux qui travaillent trop peu, qui subissent des temps partiels imposés – dans la grande distribution par exemple – ou trop mal : ceux qui sont contraints de travailler la nuit ou le dimanche. Au détriment de leur vie de famille et du lien social. Avec leurs horaires décalés, les infirmières ont elles aussi des conditions de travail très difficiles. Elles devraient pouvoir travailler moins. Il faut aborder le problème de manière globale, tout en faisant du cas par cas. Permettre aux parents de passer du temps avec leurs enfants, c’est contribuer à construire la famille. C’est rendre service à toute la société. » Finalement, pour Joseph Thouvenel, comme pour la grande majorité des syndicats, « il ne s’agit pas de travailler plus, mais bien de travailler mieux ».

 

Laurent Grzybowski – publié le 17/01/2012