CFTC Paris | Pendant la guerre, la livraison de champagne continue
1891
post-template-default,single,single-post,postid-1891,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Pendant la guerre, la livraison de champagne continue

Pendant la guerre, la livraison de champagne continue

Pour comprendre la société où l’on vit, ses évolutions et peser efficacement sur celles-ci, il faut savoir d’où nous venons, comment s’est construit, structuré, organisé notre corps social et économique.
Avoir un regard sur notre histoire, c’est s’autoriser une vision plus juste de notre avenir.
L’exemple historique, nous montre qu’un certain nombre de pratiques sont récurrentes quelques soient, les époques, les gouvernements, les partis et idéologies au pouvoir.
Beaucoup sont liées aux femmes et aux hommes, à leur caractère, à leur volonté ou à leur lâcheté et non à leur idéologie affichée.
C’est pour ces raisons que vous trouverez sur ce site, une nouvelle rubrique consacrée à la période 14-18.
En cette année de centenaire de la grande guerre, nous allons à partir de documents d’époque apporter  un éclairage sur la vie des Français, et plus particulièrement des travailleurs et de leurs familles confrontés aux difficultés du temps.
Nous ne doutons pas que vous y grappillerez quelques informations, utiles à la réflexion sur la réalité d’une période particulière et les enseignements que l’on peut en tirer aujourd’hui.
Un seul exemple : les hommes partis au front, les femmes prennent de facto de plus en plus de responsabilités à l’arrière, alors que depuis le XIXème siècle elles sont juridiquement traité quasiment comme des mineurs.
Ce qui sera un élément important d’évolution de la condition féminine et de la famille.
Bonne lecture à toutes et à tous.
Joseph Thouvenel

LA BRAVOURE DE LA POPULATION CIVILE DE REIMS

Malgré les obus, laitières, cantonniers et camionneurs assurent leur service

texte original :

Tout a été dit et redit sur le bombardement de Reims. Ce qu’on ne saurait trop répéter c’est que les habitants montrent un admirable courage. Chaque matin, les laitières passent dans les rues agitant leurs petites clochettes et, que les obus pleuvent ou non, les équipes de cantonniers supplémentaires sont au travail. Onze de ces braves gens ont été tués. L’une de nos photos les montre dans leurs fonctions. De leur côté, les camionneurs assurent très tranquillement l’expédition de vin de champagne.