CFTC Paris | Prime aux salariés: une bonne chose mais encore trop de salariés exclus (CFTC)
828
post-template-default,single,single-post,postid-828,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Prime aux salariés: une bonne chose mais encore trop de salariés exclus (CFTC)

Prime aux salariés: une bonne chose mais encore trop de salariés exclus (CFTC)

PARIS : La CFTC s’est félicité mercredi que le gouvernement veuille lier le versement de dividendes à celui d’une prime pour les salariés dans les entreprises mais a déploré que cela ne concerne pas les salariés des entreprises sans actionnaires.

“Tout ce qui rajoute du pouvoir d’achat est bon à prendre”, a dit à l’AFP Joseph Thouvenel, secrétaire général adjoint de la CFTC.

M. Thouvenel réagissait à l’annonce par le ministre du Budget François Baroin d’un projet gouvernemental de mécanisme incitant les entreprises à lier le versement de dividendes à celui d’une prime exceptionnelle pour leurs salariés, d’un montant d'”au moins 1.000 euros”.

La ministre de l’Economie Christine Lagarde a de son côté précisé que l’exécutif travaillait “à des mécanismes d’incitation sur le plan fiscal et sur le plan des charges sociales”.

“On attend d’en savoir plus sur la réalisation concrète. Là, on est dans le flou”, a commenté Joseph Thouvenel.

Par ailleurs, la CFTC “a une grande inquiétude” pour “les salariés des très petites, petites et moyennes entreprises”: “comment cela va-il se passer là où il n’y a pas de dividendes distribués ?”, s’est-il demandé.

Les salariés de ces entreprises “sont eux aussi atteints dans leur pouvoir d’achat et ont généralement moins davantage que dans les grandes entreprises. Quelles mesures va-t-on prendre pour qu’eux aussi, quand il y a des bénéfices, puissent en tirer profit”, a interrogé le responsable?

“C’est la vraie question qui touche des milliers de salariés qui ne participent jamais à la redistribution des bénéfices dans leur entreprise”, a-t-il souligné, en rappelant que la CFTC était favorable, en cas de bénéfices, à la règle des trois tiers proposée par le général de Gaulle, un tiers pour les actionnaires, un autre pour les salariés et le troisième pour les investissements.

“C’est un bon principe qu’on devrait rendre obligatoire”, a-t-il dit, tout en reconnaissant qu’il pourrait y avoir ensuite “des exceptions”, par exemple pour les entreprises nouvellement créées ayant besoin d’investir, ou “dans certains secteurs très particuliers”.