CFTC Paris | PSA: les syndicats espèrent en savoir plus jeudi sur les finances du groupe
1311
post-template-default,single,single-post,postid-1311,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

PSA: les syndicats espèrent en savoir plus jeudi sur les finances du groupe

PSA: les syndicats espèrent en savoir plus jeudi sur les finances du groupe

Paru sur Le Point.fr le 10 octobre 2012

Les syndicats de PSA Peugeot Citroën espèrent en savoir plus jeudi sur la santé financière du groupe et le bien-fondé du plan social annoncé, en découvrant les premières conclusions du cabinet d’experts Secafi, ont fait savoir plusieurs d’entre eux mercredi.

Le premier volet du rapport de ce cabinet, mandaté à l’unanimité par le comité central d’entreprise (CCE) en juillet, doit porter sur la situation économique et financière de PSA. Ils sera présenté dans la matinée devant la commission économique du CCE et le groupe de concertation du CCE, en présence de la direction, selon les syndicats.

Certains d’entre eux estiment que cette analyse est cruciale pour évaluer la légitimité du plan qui vise à supprimer 8.000 postes et prévoit la fermeture du site d’Aulnay (Seine-Saint-Denis). Ils jugent incomplet le rapport Sartorius commandé par le gouvernement et remis en septembre qui reconnaissait les difficultés financières du groupe.

Tanja Sussest, déléguée du syndicat SIA, principale organisation de PSA Aulnay a évoqué mercredi sur son compte Twitter une « journée clé » jeudi avec la « remise du volet financier du rapport ».

Ricardo Madeira (CFDT) a indiqué pour sa part qu’il espère que le cabinet dira « si le groupe va si mal que ça ou pas ».

« C’est un enjeu » parce que « soit les finances du groupe justifient le plan en tant que tel avec les 8.000 suppressions de postes, soit elles ne justifient pas la suppression de 8.000 postes », a déclaré le syndicaliste à l’AFP, ajoutant que « là commencera le vrai débat ».

Du côté de la CFTC, Franck Don a insisté à plusieurs reprises sur le fait que le diagnostic de Secafi est un préalable à toute décision pour voir si les mesures annoncées par la direction « ne sont pas disproportionnées par rapport aux résultats financiers ».

Pour lui, « un toubib fait d’abord le diagnostic avant de vous donner des médicaments ».

Filant également la métaphore médicale, Christian Lafaye (FO) a dit attendre « que ce rapport précise la situation dans un sens ou dans l’autre » afin « qu’on puisse commencer aujourd’hui à traiter la maladie du groupe ».

Secafi présentera un second volet sur l’organisation industrielle le 6 novembre, un volet stratégique et environnemental le 12 novembre et enfin le volet social le 15 novembre.

Le processus de restructuration de l’entreprise est suspendu aux conclusions de ce rapport.