CFTC Paris | Quand syndicalisme rime avec santé publique
1560
post-template-default,single,single-post,postid-1560,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Quand syndicalisme rime avec santé publique

Quand syndicalisme rime avec santé publique

La CFTC se bat depuis des décennies pour que l’organisation du travail respecte la nature humaine.
C’est notamment pour cette raison que nous considérons que le travail de nuit doit rester une exception et la valse des horaires pour les salariés doit être évitée.
Ce que nous savons de façon intuitive ou plus-tôt ce que nous dicte le bon sens est aujourd’hui conforté par la science.

Grâce aux travaux effectués depuis une trentaine d’années, notamment par des chercheurs de la NASA, nous connaissons mieux les rythmes biologiques de l’être humain.
Selon les chercheurs,  la perturbation des rythmes biologiques constitue un facteur de risque de maladies comme le cancer, les maladies cardiovasculaires ou des maladies infectieuses.
Le cancer du sein est le cancer le plus fréquemment cité par les études épidémiologiques avec un risque quasiment doublé en horaires atypiques comme un poste de nuit.
Le docteur Lévy patron de l’unité de l’Inserm rythmes biologiques et cancers, mentionne également une augmentation  des cancers de la prostate et du colon.

Le combat de la CFTC pour un équilibre dans les rythmes travail, repos, vie professionnelle vie familiale et personnel sort conforté et renforcé par ces études.