CFTC Paris | Rémunération : l’écart grandissant entre salariés et dirigeants
857
post-template-default,single,single-post,postid-857,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Rémunération : l’écart grandissant entre salariés et dirigeants

Rémunération : l’écart grandissant entre salariés et dirigeants

          unanimement, il est estimé que les écarts se creusent, notamment en raison des augmentations au pourcentage, des bonus réservés à certains et des avantages en nature pour une minorité (voiture de fonction, retraite chapeau…).

Cela est d’autant plus mal perçu « alors que l’on nous demande de plus en plus d’effort et de flexibilité » (entreprise de la métallurgie – 6000 salariés).

« Notre patron gagne beaucoup d’argent, et s’est même augmenté de 30 % en 2011, pendant ce temps, il n’accorde que 2 à 3 % aux salariés » (société de services).

           logiquement, il est relevé que cet état de fait est démotivant. « Lorsque vous entendez un directoire dire qu’il est plus facile de multiplier par 5 les rémunérations ajustables d’une petite dizaine de personnes plutôt que rattraper le coût de la vie de l’ensemble des collaborateurs, vous voyez ce que le personnel peut en penser » (société d’informatique bancaire – 1900 salariés).

« Nous avons pu mesurer dans l’enquête de satisfaction des employés, mise en place par notre groupe, l’impact sur l’ambiance de travail des salariés. » (Groupe audiovisuel – 450 personnes).

« On sent une démotivation générale. Plus cette démotivation se sent, plus on fait venir des consultants, c’est un cercle vicieux » (Marchés Financiers – 170 personnes).

« 160 collaborateurs considérés comme talent ont bénéficié d’une attribution de 2600 actions gratuites et de 2600 stock-options (total cumulé pouvant être valorisé à 170 000 euros). L’ensemble des collaborateurs, les sans talent comme nous nous appelons, a eu droit à 410 actions gratuites représentant environ 8 000 euros. Les collaborateurs qui ont tous participé de manière active, appliquée et impliquée, ne se sentent pas reconnus pour ce qu’ils sont et le travail qu’ils fournissent. » (Assurance finance – 1600 salariés).

 En conclusion, nous avons été surpris par le nombre et la rapidité des réponses provenant de nos syndicats. D’habitude, pour ce type d’enquête, nous avons une dizaine de réponses, cette fois ci, près de la moitié de nos structures ont répondu en quelques jours.

 Ce qui pour la CFTC démontre que la distorsion de plus en plus grande entre rémunérations des salariés et rémunérations des dirigeants est une cause première du sentiment d’injustice et de son corollaire, la démotivation.

 Nous assistons par le biais de pratiques salariales indécentes, à la destruction du nécessaire pacte social au sein de l’entreprise.

 Nous avons en germe, tous les ingrédients d’une explosion sociale.

 On ne peut de façon récurrente et durable demander effort, flexibilité, adaptation et sacrifice à tous, en réservant les bénéfices de ce travail à quelques uns.

Paris, le 23 mai 2011.        

Contact : Joseph THOUVENEL

             Président CFTC PARIS