CFTC Paris | Retraites : La CFTC PARIS écrit aux parlementaires de la capitale
641
post-template-default,single,single-post,postid-641,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Retraites : La CFTC PARIS écrit aux parlementaires de la capitale

Retraites : La CFTC PARIS écrit aux parlementaires de la capitale

 

Paris, le 29 juillet 2010

Monsieur Le Député,

Le projet de loi portant réforme des retraites sera examiné par le parlement à compter du 6 septembre prochain. La CFTC PARIS (3eme organisation syndicale de la capitale au vu des dernières élections prud’homales) dénonce depuis plusieurs mois déjà le caractère injuste des situations induites par cette réforme, et veut encore croire qu’une autre réforme, moins brutale, moins précipitée, mais surtout plus humaine, est possible. Sur ce dossier comme sur d’autres, le syndicalisme de la CFTC ne se résume pas à une opposition systématique et globale à un projet, aussi inéquitable soit-il.

Profondément attachée au maintien d’un régime de retraite par répartition garantissant la solidarité entre les générations et entre les catégories d’actifs, La CFTC est favorable à des aménagements permettant d’assurer la pérennité du régime général.

La CFTC reste en effet très préoccupée par :

– Le déplacement du curseur de l’âge légal de 60 vers 62 ans avec l’implication de bouger tous les curseurs d’âge et des conséquences induites pour les 65-67 ans ;
– La question de la pénibilité des métiers qui repose sur le seul salarié et non sur des accords de branches ou d’entreprises ;
– Les seniors à qui le projet impose de travailler 2 ans de plus, alors que 62% d’entre n’ont pas d’emploi ;
– Le financement du système, peu ou pas abordé par le texte.

Nous tenons donc à vous alerter par le présent courrier, sur le désappointement et le mécontentement grandissants qui ont rapidement succédé à l’inquiétude initiale face aux mesures annoncées, chez nos militants.

Afin de vous faire part de nos analyses et propositions qui permettraient de réformer notre système de retraite de façon plus équitable et moins anxiogène, je serai ravi de vous rencontrer dans les prochaines semaines.

Mon secrétariat reste à votre disposition afin que nous puissions convenir d’un rendez-vous.

Dans l’attente de vous rencontrer nous vous prions de croire, Monsieur Le Député,
A l’assurance de nos sentiments les plus respectueux.


Joseph THOUVENEL
Président