CFTC Paris | Un pacte pour la famille?
1795
post-template-default,single,single-post,postid-1795,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Un pacte pour la famille?

Un pacte pour la famille?


Chronique de J. THOUVENEL du 11.03.2014 sur Radio Notre Dame (100.7)
Lire la chronique, c’est bien ! L’écouter, c’est encore mieux !

Trois syndicats patronaux et trois syndicats de salariés, viennent de signer un relevé de conclusions concernant  la mise en place du pacte de responsabilité.

Ces six organisations sont d’accord sur la nécessité d’avoir des entreprises compétitives devant retrouver des marges pour investir dans la recherche, l’innovation, la formation, l’organisation du travail. Autant d’éléments nécessaires pour que nous montions en qualité afin de vendre nos produits.

Car notre problème c’est le mauvais choix stratégique fait depuis des décennies par la plupart de nos industriels. Commercialiser du moyen de gamme, censé  être vendu en grand nombre.
Problème, quand les pays émergents acquiérent la capacité de fabriquer la même chose mais à des coûts bien inférieurs, nous nous trouvons coincés.
Les Allemands, qui ont globalement fait le choix de la qualité, de l’innovation, du service adapté et performant, c’est-à-dire du haut de gamme, ont su conserver leur avance technologique et leur clientèle. Ceux qui sont prêt à payer plus cher un produit dans la mesure ou il est meilleur.
Quand ce même choix à été fait par des entreprises françaises elles sont dans le peloton de tête des exportateurs. C’est l’exemple d’Airbus ou de notre secteur du luxe.

Après le constat partagé, c’est une méthode qui a été décidée de concert. Ouverture de négociations dans les branches et les secteurs pour que chacun détermine selon sa spécificité, ses objectifs quantitatifs et qualitatifs en termes de création ou de sauvegarde d’emploi.
Mais au-delà de ces deux points essentiels, vous trouvez dans ce texte un petit plus qui veut dire beaucoup. Je vous le cite :

 « Les parties signataires rappellent leur soutien à la politique familiale de notre pays qui permet à la France de bénéficier de la démographie la plus dynamique d’Europe. A ce titre, quelque soit le mode de financement de la branche famille de la sécurité sociale, elles font part de leur profond attachement à la préservation d’un « haut » niveau de soutien aux familles qui nécessite de déterminer les moyens appropriés »

C’est la CFTC, la Confédération Française des Travailleurs Chrétiens qui de haute lutte a obtenu l’intégration de cette défense de la politique familiale au sein de la déclaration commune, patronat-syndicats quand je dis : de « haute lutte », c’est de « haute lutte » ! Il a fallu batailler jusqu’au dernier moment pour l’obtenir et bien faire comprendre que sans cet ajout, il n’y aurait pas de signature de la centrale chrétienne.

Pourquoi ? Tout simplement pour le bien commun !

Laisser les entreprises se détacher de la politique familiale, c’est non seulement faire insulte à ces patrons souvent chrétiens qui se sont battus pour l’instauration des allocations familiales, mais c’est aussi envoyer un message mortifère pour l’ensemble de la société.

Nous ne sommes pas des éléments isolés les uns des autres, mais nous formons un tout, aux interactions permanentes.
Quand la politique familiale permet la conciliation vie professionnelle, vie familiale, ce sont les salariés et les entreprises qu’en tirent profit et donc tout le pays.

A la semaine prochaine