CFTC Paris | Vaccination Covid-19. Déclaration de Joseph Thouvenel, après l’intervention d’Olivier Veran au CESE
10092
post-template-default,single,single-post,postid-10092,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Vaccination Covid-19. Déclaration de Joseph Thouvenel, après l’intervention d’Olivier Veran au CESE

Vaccination Covid-19. Déclaration de Joseph Thouvenel, après l’intervention d’Olivier Veran au CESE

La pandémie que nous connaissons, de par sa propagation galopante, sa durée et l’évolution quasi constante du virus, constitue un défi, que nous devons collectivement relever. La CFTC tient à saluer dans ce contexte difficile, le travail quotidien des personnels de santé.

Mais force est de constater que la mise en place de la campagne de vaccination fût plus que balbutiante.

Des enseignements doivent en être tirés.

Le premier est la nécessité d’introduire au niveau des structures étatiques une véritable culture de l’anticipation. Il est regrettable que pour une pandémie identifiée sur le territoire national en janvier 2020, le démarrage d’une vaccination attendue et espérée par beaucoup, connaisse tant de tâtonnements. A commencer par la chaîne logistique pour le moins défaillante. Dans le Val-de-Marne, médecins et municipalités doivent s’organiser par eux-mêmes pour aller chercher les vaccins sur Paris. L’hôpital Henri Mondor (958 lits), premier centre d’urgence du Val-de Marne n’ayant toujours de pas de réfrigérateur à moins 80° pour conserver le vaccin.

Il est également urgent de lever les barrières administratives qui empêchent certains professionnels de vacciner. C’est le cas des médecins et infirmiers salariés, rebutés par la complexité des procédures administratives concernant leur rémunération. Nombre de médecins libéraux déjà débordés en temps normal ne pourront continuer très longtemps à se mobiliser comme ils le font au détriment de leur clientèle et de leur santé.

La CFTC, adhère à l’ensemble des préconisations du groupe de travail, notamment sur la nécessité de simplifier et de rendre plus lisibles les circuits décisionnels, et la mise en place d’un pilotage territorialisé de la campagne de vaccination.

Nous approuvons la création d’unités mobiles et de sites éphémères de vaccination afin de toucher l’ensemble de la population, y compris les personnes isolées vivant dans la rue.

Nous souscrivons à l’idée que l’adhésion des français à toute stratégie vaccinale ne peut se faire sans rétablir un climat de confiance, qui passe par des informations claires, précises et non contradictoires de la part des autorités.

S’il existe des incertitudes bien compréhensibles avec l’apparition d’un nouveau virus et la multiplication de ses variants, la démarche scientifique consiste à ne pas affirmer, quand il y a un doute ou une ignorance. A défaut, c’est toute la crédibilité des annonces ou décisions qui est remise en cause, laissant prospérer toutes les théories possibles, sapant la nécessaire adhésion des citoyens envers les mesures de lutte contre la pandémie.

Enfin, la CFTC, déplore la méthode qui fait s’entrechoquer dans un certain désordre, décision, consultation et réflexion.